Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

A suivre...

challengeabccritiques1

A.B-D-K-

Liste D'articles

  • Fate Stay Night - Unlimited Blade Works
    Mais que fait LaPoof ? Voici un mois, voire plus, que je n'ai donné aucun signe de vie. C'est que je suis tombée dans un piège chronophage, quoique volontairement il faut bien l'avouer. J'ai mis le pied, les mains, les deux neurones qu'il me reste dans...
  • Aube
    暁 akatsuki, l'aube On'yomi : キョウ, ギョウ / kiu, giu Kun'yomi : あかつき / akatsuki 12 traits Niveau 7e année (collège) Radical 72 日 Ce kanji fait partie des kanjis traditionnels tolérés dans les noms et, dans ce cas, peut se lire あき[aki] ou encore あきら[akira]...
  • De la mondialisation et de ses difficultés inattendues
    Parfois, on rencontre des difficultés inattendues. Il y a deux ans je déménageais à Maurice, zone Afrique donc EMEA, ça a son importance . N'ayant pas amené avec moi la totalité de mon barda et ayant désespérément besoin d'imprimer, j'ai fini par acheter...
  • Le père ... No!
    Une toute petite BD un brin irrévérenscieuse mais de circonstance aujourd'hui avec Le père... No! Découvrez l'envers du décors ! Prenez en compte les sentiments de ce forçat de la fête organisée et plaignez-le, vraiment, le petit père ne rêve que de dire...
  • L'eau
    水 mizu, l'eau On'yomi : スイ / Sui Kun'yomi : みず / Mizu Je déroule mon fil avec aujourd'hui le kanji de l'eau, plus facile que la pluie avec ses quatre traits. Comme celui de la pluie, il fait partie des 80 kanjis à apprendre en première année de primaire...
  • Okko
    Okko est une BD d'aventure dont l'action se situe dans un Japon médiéval légèrement saupoudré de fantastique avec quelques démons et divinités plus ou moins conciliantes . L e style samouraï est repris ici sans son vernis romanesque, un peu comme dans...
  • La pluie
    雨 Ame, la pluie On'yomi : ウ / U Kun'yomi : あま / Ama ou あめ / Ame Un kanji de circonstance aujourd'hui où de brèves ondées viennent rafraîchir l'air. On le retrouve dans tout un tas de concepts mettant en cause la pluie, comme bruine, nuages de pluie, ouragan,...
  • Question de look
    Je m'exaspère moi-même. Le look de ce blog ne me convient pas. Le design qu'il avait depuis sa création ou presque a fini par me lasser. Malgré les nombreux style proposés par over-blog, rien ne me convient tout à fait. Je vais devoir mettre le nez CSS...
  • Le sourire du clown
    Une série en trois tomes finie qui met en scène la vie d'une cité, ses habitants, ses espoirs, sa violence, son amertume, ses rires, son curé, ses imams, le tout sur fond d'enquête autour d'un meurtre, celui de Groko, simple clown qui rêvait de changer...
  • Nabi
    Non, je ne vais pas vous parler du mouvement artistique éponyme, mais vous emmène faire un petit détour du côté du manhwa, le manga coréen, avec un titre au graphisme époustouflant. C'est ce dernier qui m'avait fait choisir cet ouvrage au milieu des autres...
7 février 2011 1 07 /02 /février /2011 22:09

Parfois, on rencontre des difficultés inattendues. 

Il y a deux ans je déménageais à Maurice, zone Afrique donc EMEA, ça a son importance. N'ayant pas amené avec moi la totalité de mon barda et ayant désespérément besoin d'imprimer, j'ai fini par acheter sur place une HP Officejet J5783 All-in-One, payée au passage assez cher. J'avais choisi délibérément une marque présente partout dans le monde pour éviter les problèmes...

Ha ha ha, je me marre !

Elle a fonctionné très bien, jusqu'à il y a peu, avec des cartouches HP140 et HP141, disponibles en cherchant bien dans de nombreux magasins de cette île paradisiaque. De retour en France, mes cartouches étant pleines, j'ai mis 6 mois à me trouver à sec, le temps qu'il nous a fallu pour repartir sur la Guadeloupe. J'ai alors eu la surprise de constater que ces cartouches ne sont pas disponibles en France, pas en Guadeloupe en tout cas. En France, on vend des cartouches HP350 et HP351, qui sont censées marcher pour la série J5700.

Qu'à cela ne tienne, j'ai essayé de faire fonctionner la bête avec. Seulement voilà, l'imprimante me répète avec obstination que les-dîtes cartouches, qui m'ont tout de même couté 80€, c'est cher la Guadeloupe, sont incompatibles avec elle. Comment ? Qu'ouïs-je ?

On a cherché pas mal de temps. La première accusation a porté sur les cartouches, dont certaines séries auraient été mal fabriquées (en Chine parait-il, les gens aiment bien accuser la Chine dans ces cas-là, ce qui est stupide de mon point de vue mais bon), mais finalement, après avoir essayé avec de nouvelles cartouches (re 80€), même punition. Mon imprimante fait la gueule face à ces inconnues.

Aux dernières nouvelles, il semblerait que les fabriquants, en tout cas HP, s'amusent à mettre des codes pays sur leur matériel, histoire... histoire de quoi au juste ? D'éviter que des petits malins ne profitent de leurs produits pour faire des sous ? La belle affaire ! N'est-ce pas le propre du commerce ? Ils me font marrer à tout mondialiser pour ensuite mettre des bâtons dans les roues de ceux qui jouent le jeu de la mondialisation en em...dant au passage ces nomades qui ont l'audace de se balader un peu trop. Ne sous-traitent-ils pas leur production un peu partout dans le monde ? Pourquoi ne pourrait-on simplement acheter un produit ici et le revendre (ou l'utiliser) là ?

Ca m'exaspère, mais bon, si je peux changer ce foutu code, ça devient secondaire.

Voilà une journée que j'essaye désespérément d'obtenir le support HP. J'ai essayé tous les numéros en France (aux horaires d'ouverture en France). Mis à part, les centres d'appels auxquels je n'ai tout simplement pas accès depuis la Guadeloupe ("le numéro que vous avez demandé n'est pas accessible depuis votre ligne téléphonique..."), l'appel a été coupé trois fois, sans que j'ai eu la moindre personne en ligne... Ils me voient venir avec mon numéro en 0590 ou quoi ?

Pas grave, si la ligne droite ne me mène pas où je veux, essayons les chemins de traverse. J'ai essayé avec le HP care de mon portable qui, lui, est encore sous garantie. J'ai obtenu le numéro d'appel pour la zone caraïbes... aux US... en anglais ou en espagnol, mais je ne parle pas l'espagnol du tout alors va pour l'anglais... La nana a fini par me raccrocher au nez....

You speak english very well my dear...

Dire que j'avais fait exprès de prendre une marque mondiale pour être tranquille. Je suis lasse. Je ne justifie déjà pas l'utilisation des ces foutus codes pays, mais si en plus c'est la croix et la bannière pour les changer... J'attends encore un jour pour laisser le temps au support de me répondre par mail, mais je n'y crois pas. En tant qu'ancienne employée de HP, je suis déçue du niveau de SAV, y pas à dire... Le pire, c'est que Maurice et la France sont tous les deux dans la zone EMEA. Une zone, ça suffisait pas, il fallait faire des sous-zones... Je devrais peut-être me rappeler au bon souvenir de mes anciens collègues... Non, ce serait inutile, ils ne bossaient pas sur les imprimantes...

J'ai encore une ou deux solutions potentielles avant la benne, dont celle, onéreuse et irréaliste, de trouver un revendeur de cartouches qui vont bien, ou celle, plus surprenante mais plus réaliste, d'amener mon imprimante dans un centre de reconditionnement de cartouches à Jarry. Ce serait le comble, mais la fin justifie les moyens. A suivre donc.

Quoi qu'il en soit, à tous les nomades, en vérité je vous le dis, méfiez-vous des codes pays !

Repost 0
25 juin 2009 4 25 /06 /juin /2009 07:05
Info ou intox ?
Les téléphones seraient équipés pour pouvoir être utilisés comme mouchards par les services généraux.

On savait déjà qu'ils étaient faciles à localiser. On se doutait que les conversations pouvaient être tracées, écoutées. Mais là on nous a parlé d'un truc surréaliste : même éteint, un portable pourrait être programmé en micro d'ambiance à notre insu et permettre l'écoute des conversations.
C'est L. un ex grand ponte d'un gros fabriquant de téléphone qui nous l'a affirmé au détour d'un barbecue il y a quelque temps. Il avait l'air très sûr de lui. Pourtant j'ai du mal à comprendre comment ça pourrait marcher techniquement parlant.
S'est-il moqué de notre crédulité ?

Quoi qu'il en soit, il faudrait encore avoir identifié les téléphones des personnes qu'on souhaite espionner. James Bond a encore du boulot.
Repost 0
26 mars 2009 4 26 /03 /mars /2009 05:40

Je suis déconnectée de l'information perdue que je suis dans mon île, mais l'info arrive à moi malgré moi et voici que je découvre la nouvelle escarmouche de la législation des copies et partages de fichiers sur internet : le dispositif Hadopi ou loi Oliviennes. La polémique continue.


D'un côté, on a des entreprises (à but lucratif, faut-il le préciser ? ce n'est d'ailleurs pas une critique) qui considèrent que si quelqu'un se fournit le produit qu'ils vendent sans l'acheter, c'est qu'il y a vol.

De l'autre, des gens qui téléchargent parfois très peu, parfois beaucoup et n'entendent pas qu'on les en empêchent.

Et au milieu des artistes qui, s'ils sont les premiers concernés, sont partagés sur le sujet et en juge arbitre des politiques qui ont du mal à tolérer l'espace de liberté hors contrôle qu'est internet, sans doute par crainte (justifiée sans doute) de débordements et qui aimeraient pouvoir un peu mieux contrôler ce qu'il s'y passe.


Je, tu, il, nous, vous, ils, tout le monde télécharge peu ou prou. Pourquoi téléchargeons-nous ? Et bien, parfois pour se faire une copie numérique d'un VHS qu'on aime et dont la qualité s'étiole ou pour remplacer ce tout nouveau DVD piétiné par le petit dernier, parfois pour avoir un avant goût d'un film ou d'un album, parfois parce que l'album en question ou le film sont introuvables, parfois par fainéantise et parfois par soucis d'économie, parce que payer le dit film ou album revient cher, très cher. Dans cette période de marasme où chacun compte ses sous, je me demande d'ailleurs si c'est bien judicieux politiquement parlant de menacer le peuple de lui faire abandonner ses petits plaisirs. Mais je m'égare.

La vrai question c'est pourquoi ne ressentons-nous aucun scrupule, aucun remord face à ces téléchargements ? Sommes-nous devenus amoral ? Je ne crois pas. On ne voit simplement pas où est le mal. Pourquoi ? Et bien, peut-être parce que les majors à force de tirer sur la corde se sont taillés une belle réputation de pourris et qu'une entité telle que la leur, de par sa nature et de par ses procédés, ne peut obtenir la compassion du public. Peut-être parce qu'on a du mal à comprendre comment ces gens dont on nous jette la réussite et les fortunes à la figure sans arrêt dans la presse people pourraient souffrir de quelques téléchargements. Peut-être parce que le plus bel hommage qu'on puisse rendre à une œuvre c'est de la partager, de la diffuser le plus largement possible. Peut-être enfin, parce que nous considérons ces œuvres un peu comme notre propriété à l'instar de Le Chapelier qui en 1791 parle déjà de "principe de liberté et de propriété publique.


« un ouvrage publié est de [par] sa nature une propriété publique »  Le Chapelier


Au delà de la polémique, les artistes sont dans la tourmente. Riches, ils sont loin de l'être tous et ils ne sont sans doute pas tous concernés de la même façon selon le domaine dans lequel ils évoluent.

Les acteurs sont payés au cachet lors du tournage. Même si certains touchent un pourcentage des ventes des places de cinéma, leurs revenus ne sont pas complètement assujettis aux ventes. De plus, les cinémas restent des lieux privilégiés pour voir les films et j'ai bien du mal à croire qu'on les abandonnera. Les séries télé et animes, en revanche, seront peut-être d'avantage impactées. C'est exaspérant de devoir attendre une heure précise pour voir sa série préférée et tant que la télé à la demande ne sera pas vraiment en place à un prix (très) raisonnable (voire gratuitement, après tout les télé se payent autrement via les taxes et les pubs), le téléchargement lui fera une concurrence acharnée.

Pour les auteurs et illustrateurs de livres, albums, BD, je ne suis pas sûre qu'on en arrive à une numérisation des œuvres. Je suis une grosse lectrice dans ces trois catégories et je n'arrive pas à lire sur écran, je ne trouve pas ça confortable. Lire une BD sur écran, c'est pas la panacée et à l'heure actuelle, il me faut l'objet livre dans les mains. J'ai besoin de le toucher, de tourner les pages, de pouvoir l'emmener partout et à moins de créer un livre numérique sur deux écrans ou une nouvelle façon de lire (après tout on est bien passé du rouleau de parchemin au livre, on peut penser qu'on inventera un jour une nouvelle forme de lecture), je n'imagine pas d'abandonner les livres.

Mais, à priori, c'est la musique qui est la plus touchée par cette crise, avec 60 % de baisse de ventes sur 5 ans. Si certains artistes ici prennent position de manière nette contre le téléchargement, d'autres sont radicalement contre les sanctions à l'égard des internautes.


« La révolution numérique a balayé l’ancien modèle économique des années 60, et changé pour toujours les relations entre les artistes et les fans. Pour les entreprises qui ont gagné leur vie en se positionnant entre les deux, les temps sont durs, mais pour les musiciens et leurs admirateurs, ça devrait être une fantastique opportunité » Featured Artists Coalition


D'autres encore sont nés du téléchargement et certains enfin essayent des solutions alternatives depuis quelques années parfois.


« Je n'ai jamais autant gagné ma vie qu'aujourd'hui grâce aux droits dérivés alors que mes musiques sont pillées par les DJ pour des samples et que mes albums sont piratables » Cerrone


Les majors, de leur côté, considèrent que le piratage, ainsi qu'ils l'appellent, leur fait perdre de l'argent. Je ne suis pas sûre de ça. D'abord, les personnes qui piratent je dirai pour pirater, c'est à dire uniquement pour avoir une copie gratuite, n'achèteraient sans doute pas l'œuvre. Ceux qui piratent par curiosité, pour tester, auront tendance à acheter le CD ou DVD qui leur aura vraiment plu ou les produits dérivés, ce qui ferait penser que le piratage profite d'une certaine façon aux majors.

Mais s'il est vrai que les ventes baissent, c'est ce qu'on nous assène sans arrêt, et plutôt que de chercher un bouc émissaire, reflet d'une cause simplifiée à outrance, ne vaudrait-il pas mieux essayer de comprendre le pourquoi de cette baisse ? D'abord j'ai du mal à croire que le nombre de personnes connectées sur internet soit suffisant pour la justifier. On voudrait nous faire croire que tout le monde a internet ? Que les gens qui achètent des CD ou DVD sont des gens qui ont tous internet ? Bon, les consommateurs "connectés" représentent peut-être une part de marché importante, mais de là à tout justifier en s'appuyant sur ces prédicats, j'ai un peu de mal.


« La Commission observe également que les seuls motifs invoqués par le gouvernement afin de justifier la création du mécanisme confié à l'HADOPI résultent de la constatation d'une baisse du chiffre d'affaire des industries culturelles. A cet égard, elle déplore que le projet de loi ne soit pas accompagné d'une étude qui démontre clairement que les échanges de fichiers via les réseaux « pair à pair » sont le facteur déterminant d'une baisse des ventes dans un secteur qui, par ailleurs, est en pleine mutation du fait notamment, du développement de nouveaux modes de distribution des œuvres de l'esprit au format numérique. » CNIL


Et quand bien même, est-ce simplement une solution de facilité de la part des consommateurs éventuels ? N'est-ce pas un effet de bord tout à fait prévisible du prix exorbitant des CD et DVD couplé à la baisse non moins réelle du pouvoir d'achat et de la boulimie audiovisuelle de la population ? D'où vient cette boulimie d'ailleurs si ce n'est du martelage incessant des majors visant à nous faire consommer plus ? Ne sont-ils pas quelque part responsables de la situation ? N'ont-ils rien vu venir ? N'auraient-ils pas pu/du anticiper ? Et au final, le système économique actuel n'est-il pas obsolète comme semble le penser de plus en plus de monde, dont le prix Nobel d'économie de 2008, M. Paul Krugman ?


 « Octet après octet, tout ce qui peut-être numérisé sera numérisé, rendant la propriété intellectuelle toujours plus facile à copier et toujours plus difficile à vendre plus cher qu'un prix nominal. Et nous devrons trouver les modèles économiques et les modèles d'affaires qui prennent cette réalité en compte. » P. Krugman


En fait, les majors me font l 'effet de se démener comme des diables pour garder à tout prix la main mise sur une situation et la forcer à rester telle quelle. C'est une réaction instinctive, une réaction de survie car ils se sentent menacés. Mais, l'idée n'est pas nouvelle, survivre par l'immobilisme n'est jamais que de la survie, c'est dans l'adaptation et l'évolution qu'on peut continuer à se développer. Or le monde de la production artistique, que ce soit sa production, sa diffusion ou l'économie qui y est liée, est en pleine mutation et j'imagine difficilement qu'on puisse stopper cet élan, d'autant moins qu'il est dans la nature même de l'art d'évoluer.


 « Copier est en soi une forme de culture, et le progrès technologique l'emporte toujours » Johannes Kreidler


C'est pourquoi je suis perplexe quand je vois les politiques essayer de soutenir les majors dans cet effort de sclérification. Si ce n'est que je me dis qu'ils ne poursuivent peut-être pas tout à fait les même buts et qu'en répondant au lobby de ceux-ci, ils répondent dans le même temps à leurs propres préoccupations.

Qu'est-ce que c'est que cette loi Hadopi finalement ? Un dispositif visant une sanction "progressive" des personnes téléchargeant illégalement des films, musiques ou autres sur le net. Elle prévoit la suppression des accès aux contrevenants tout en garantissant aux fournisseurs d'accès le paiement des abonnements (faut pas déconner quand même c'est pas le moment de se les mettre à dos). Pour se faire elle se basera sur la surveillance du trafic et les adresses IP des postes qui téléchargent.

Le projet est fortement décrié par de nombreux organisme officiels qui s'inquiètent tant au niveau technique qu'au niveau de la remise ne cause des libertés individuelles, dont l'AFA (association des FAI) quelque peu en porte-à-faux dans cette affaire..

Ce n'est pas la première fois qu'on le constate, le gouvernement n'aime pas reconnaître ses erreurs de jugement et s'entête en essayant de discréditer ses adversaires (politique quand tu nous tiens). Ainsi la ministre Albanel considère que la Quadrature du net, qui avait appelé les internautes à contacter leurs députés pour montrer leur opposition au projet, ne sont guère que « cinq gus dans un garage qui envoient des mails à la chaîne » (voir articles ici et ) ce qui, en plus de sa mauvaise foi, nous montre sa méconnaissance des technologies du net.


Big Brother is watching you

Hadopi mode d'emploi


Les fournisseurs d'accès internet (FAI) recueillent d'ores et déjà les informations sur nos connexions sur une année glissante, comme prévue par la loi anti terrorisme (pratique ces lois qui ont profité de la terreur des gens). Ces informations seront envoyées aux serveurs de la Haute Autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur l'internet (Hadopi).

Là des fonctionnaires vérifieront les données (vos données privées ou non) et qualifieront les infractions constatées : simple erreurs de personne n'ayant pas connaissance des droits d'auteurs rattachés à l'œuvre ou piratage (et auront toute latitude pour décider de la gravité de l'infraction).

Une fois l'infraction constatée, l'Hadopi enverra une recommandation via les fichiers des FAI identifiant les internautes en se basant sur l'adresse IP. En cas de récidive dans les six mois, les internautes se verront supprimé leur accès internet (mais à priori seulement les accès aux données publique c'est à dire pas leur téléphone ou leur télé ni encore leur mail ou messenger... c'est du moins ce que je comprends) tout en continuant à payer pour celui-ci. De plus un répertoire des personnes ayant eu leur accès supprimé sera mis en place, répertoire que les FAI pourront consulter pour toute nouvelle demande de connexion (ça me rappelle la banque de France et son fichier des interdits bancaires... Y a pas à dire, on n'a pas le droit à l'erreur) .

Bien sûr, chacun étant responsable de son accès, il devra mettre en place les protections nécessaires. C'est pourquoi, parallèlement, l'Hadopi fournira une liste de logiciels de contrôle et de filtrage référencés que les internautes pourront installer pour protéger leur accès (ce qui fait bondir les partisans du logiciel libre). Avec un contrat à la clé : vous voulez prouver votre bonne foi, installez le logiciel de filtrage préconisé (en clair vous vous placez vous même sous surveillance).

Elle prévoit également la mise ne place de contrôle des sites accessibles directement au niveau des FAI par la mise en place de liste de sites interdits (seule la Chine procède de cette façon actuellement, on tombe bien bas).


Voilà pour le « comment ».


Ce que nous retenons ici, moi et mon côté admin système, c'est la difficulté de mise en œuvre, sa lourdeur et son coût pour les FAI, l'inefficacité de cette loi face à la diversité des moyens d'accès, les solutions techniques faciles pour contrecarrer celle-ci,...


Ce que nous retenons encore, moi et ma petite paranoïa personnelle, c'est la surveillance du réseau dans son ensemble, la conservation des données privées dans des fichiers, la censure arbitraire des sites web, le contrôle des outils logiciels, le contrôle des données privées, le pouvoir décisionnel des fonctionnaires, le recoupement d'informations à caractère privé …


Tout ça pour dire que je suis inquiète et que ce genre de positionnement de la France m'exaspère. Pour information, les autres pays ayant été tenté par la riposte progressive ont abandonné les projets de lois face à la pression des internautes qui s'étaient ligués contre. De la même manière, la Quadrature du Net tente de regrouper les internautes français par des actions de Black Out du net et autres. Si vous vous sentez concernés, vous pouvez également les rejoindre sur Facebook.





Repost 0
21 mars 2009 6 21 /03 /mars /2009 08:53
Il est des blogs dont je conserve le lien précieusement et sur lesquels je passe régulièrement. Pas tous les jours, pas souvent, mais toujours avec envie parce que ce que j'y trouve ne me déçoit jamais.
Le blog de Maester en fait partie. Quand j'y vais c'est toujours un succulent plaisir. Caricatures, planches en avant première, esquisses cotoient un certain regard sur l'info du moment et c'est celui-ci justement que je vais relayer aujourd'hui.

J'étais peut-être la dernière à ne pas être au courant mais voici une info qui m'a fait bondir d'indignation.

Maester se complait à dessiner les gens du clergé et les petits travers et grosses bourdes de celui-ci n'échappent jamais à son trait caustique et à son cynisme clairvoyant. Je vous laisse goûter l'horreur de la chose.

http://maester.over-blog.com/article-29138081.html

Mais finalement, c'est dans la lignée de l'entêtement du clergé face à l'utilisation des préservatifs.

http://maester.over-blog.com/article-29173226.html

Pour finir une petite, légèrement plus ancienne, qui m'a beaucoup fait rire. Humour noir certes...

http://maester.over-blog.com/article-29068484.html



Repost 0
12 mai 2006 5 12 /05 /mai /2006 23:06
Oui, je sais, ça n'a pas grand chose à voir avec la BD. Mais c'est un sujet qui me poursuit et j'avais promis cet article à une amie.

La première fois que j'ai entendu parlé du moteur à air de Guy Nègre, ce devait être en 94 par un ami thésard. Quand j'avais évoqué le sujet à table au boulot en 2000, mes collègues m'avaient ri au nez. Pensez ! Une femelle qui parle de voitures ! de moteurs même ! Et de moteurs qu'on ne connait même pas ! Pfff ...
Cette année là, la société était basée à Brignolles dans le Var et avait déjà 9 ans d'existence.
Monsieur Nègre prospectait alors le marché des taxis de Mexico et cherchait à faire homologuer ses véhicules, un monospace de type taxi et une petite voiture de ville.
Cette année là, je m'étais promis que ma prochaine voiture serait une voiture à air.

N'ayant pas d'info depuis longtemps et ma voiture prenant de l'âge, je suis retournée voir où en était le projet.

Sept ans plus tard, donc, MDI s'est déplacée à Carros dans les Alpes-Maritimes. En plus des voitures, la MiniCats et la CityCats, la société se propose de vendre un véhicule de transport en commun appelé MultiCats, un ensemble de charriots automoteurs de ceux qu'on utilise dans les entrepôts ou les aéroports et des groupes électrogènes mais elle est également prête à s'attaquer à tout type de motorisation comme celles des bâteaux ou des camions.

Pour ce qui est des voitures, le moteur à air de MDI permettrait de rouler durant 500km en bi-énergie et à des vitesses pouvant aller jusqu'à 110km/h en mono-énergie. L'autonomie serait directement liée à la vitesse du véhicule. Un rapport semblable à celui des moteurs essence mais en plus linéaire apparemment. Le plein d'air prendrait 2 minutes en station équipée, 4h sur 220V pour 200l d'air à 300 bars de pression. L'énergie "sale" pétrolière utilisée pour le fonctionnement est supprimée tout ou partie (en fonction du mode choisi). Seule subsiste l'énergie "propre" ("moins sale" ?) électrique lors du plein, un plein d'essence nécessitant lui aussi une conso d'électricité à la pompe.

Non content d'essayer de développer un moteur révolutionnaire, Guy Nègre est contraint de s'attaquer
aux procédés de fabrication des véhicules en proposant toute une gamme de pièces adaptées, comme par exemple le réservoir d'air comprimé. Mais il s'attaque aussi à la production puisqu'il est question de mettre en place de petites usines près des clients qui seront vendues clé en main pour une dizaine de millions d'euros environ (une broutille dans le monde de la production automobile, non ?) et qui sortiront 2000 véhicules par an pour une centaine d'employés à des coûts défiant toute concurrence puisque les MiniCats devraient être vendues autour de 8000 € (objectif de prix annoncé par MDI). Quand on sait que le plein en mono-énergie coûterait de 1 € à 1.50 € pour une autonomie de 150km en cycle urbain, ça laisse rêveur.

Mais revenons un instant à ce fameux moteur. Le moteur à air comprimé n'est pas vraiment révolutionnaire en réalité. Le procédé aurait été découvert dès le XVIIe et a été effectivement utilisé au XIX siècle sur des lignes régulières de tramway dans de nombreuses villes de France. Actuellement, des chercheurs au Canada (Quasiturbine), en Corée (Energine) et à Reims (Electro Air Bike) travaillent eux aussi sur des moteurs à air comprimé. Des prototypes fonctionnent déjà comme vous pourrez le voir sur ces vidéos montrant le Go-Kart de Quasiturbine, le Elektro Air Bike et les véhicules MDI. La particularité du moteur de Guy Nègre est de pouvoir fonctionner en mono-énergie, avec bascule en mode bi-énergie.

La question qu'on peut se poser, c'est pourquoi après plus de 15 ans d'existence, des dizaines de brevets, des implantations dans le monde entier châpeautées par une holding, Guy Nègre n'est-il pas parvenu à faire sortir ces véhicules tant attendus ?
Car, si le projet est très attrayant, il est vrai que depuis plusieurs années, MDI promet la sortie d'une voiture "dans les 6 mois" et que, pour l'instant, elles semblent n'avoir été présentées à la presse que parcimonieusement (Mondial de l'automobile 2003 (show car), Salon de Genève 2003 et, en 2005, en Italie et à Barcelone).

Un début de réponse réside dans les homologations nécessaires à toute commercialisation de véhicule. Celles-ci nécessitent
de faire subir des contrôles pour la plupart destructifs aux voitures mais aussi à certaines pièces testées séparément. Rien que pour le réservoir d'air comprimé, il faut fournir une trentaine d'unités. Les crash tests coûtent cher, très cher donc et il vaut mieux les passer du premier coup, je pense, d'abord pour des raisons économiques mais aussi pour la publicité qui va avec. De mauvais tests donneraient une bien mauvaise image de ce projet qui serait alors la cible privilégiée de ses détracteurs. Ensuite, les modèles ne sont pas stables, mais en constante évolution. Tant que le modèle définitif ne sera pas arrêté, pas de test. C'est peut-être un peu de tout cela qui a incité M. Nègre à tergiverser, même si certains commencent à émettre des doutes sur la viabilité du système.

Il faut savoir, en outre, que son travail est financé entièrement par des capitaux privés, partenariat et mécénat, ce qui ralentit considérablement le développement. Rien de la part des gros constructeurs français ou autre : silence radio sur toute la ligne. J'avoue que j'aimerai connaître leur position officielle ou non sur le sujet. Rien
non plus des pouvoirs publics. Des médisants pourraient y voir la peur de perdre l'argent des taxes sur l'essence, d'autres, plus alarmistes, la crainte d'un bouleversement économique mondialisé plus important encore. Personnellement, j'ai du mal à comprendre qu'aucun financement n'ait été accordé, ne fut-ce que dans un cadre "recherche", pas même de la part de l'UE pourtant friande de ce type de technologies très en vogue.

Quoiqu'il en soit, je vais devoir attendre pour changer ma voiture. Mais combien de temps encore ? En attendant, je pourrais toujours faire un tour à l'usine de Carros. Il paraît qu'elle se visite...



Sources
MDI - site web MDI
Wikipédia - Véhicules à carburants alternatifs
Wikipédia - Moteur à air comprimé

Revue de presse web
01/07/1999 - Moto-Net.com -  Les charmes du moteur à  air
21/03/2001 - Le Quotidien AUTO - Le moteur à air comprimé : utopie ou révolution ?

15/01/2003 - Le Quotidien AUTO - La voiture à air comprimé MDI
23/09/2004 - La Tribune.fr - Voici le moteur à air comprimé
03/11/2005 - France2.fr - A quoi va-t-on rouler demain ?

Forums
LinuxFR.org - Après le bio-diesel : le moteur à air comprimé
France2.fr - Voiture à air comprimé
Repost 0
20 avril 2006 4 20 /04 /avril /2006 09:34
Aujourd'hui, c'est google qui nous le dit, c'était l'anniversaire de Joan Miró, né en 1893. Je dis "était" parce qu'il est mort à l'âge respectable de 90 ans. Je sais que ça n'a pas grand chose à voir avec la BD, mais ce monsieur était un des grands noms du fauvisme et du surréalisme. Vous trouverez sa biographie en français sur wikipedia, ou, mieux, en anglais et en espagnol (et en catalan !) sur le site de la fondation Miró.



Danseuse 1925


photo et tableau repris sur le site de Berthelot
Repost 0
Published by La Poof - BD, lecture, SF, film, societe, musique - dans Ca se passe près de chez vous
commenter cet article
28 mars 2006 2 28 /03 /mars /2006 15:49
Je ne sais pas vous, mais je suis en moyenne appelée de 2 à 3 fois par semaine pour du démarchage téléphonique. Au mois de janvier, c'était n'importe quoi : 1 à 2 appels par jours à 10h30, 11h45, 13h, 16h, 19h... He Ho, ils vont me lacher oui ? Il y a une semaine ou deux, j'ai reçu un appel tous les jours à la même heure d'un central qui ne me transferait ensuite personne. (?!)

Et quand vous avez quelqu'un au bout du fil, les conversations sont de plus en plus surréalistes : des accroches pernicieuses,
suivies dans les derniers instants de communication, quand le télédémarcheur sent que c'est foutu, par les questions indiscrètes, et encore, quand le discours ne vire pas à l'aigre !

Bref... J'appelle ça du harcèlement commercial et j'en ai ras la casquette. Je me doute bien qu'on fait le boulot qu'on peut (quoique ce soit discutable mais c'est un autre débat), mais je suis trop excédée pour essayer de faire la part des choses.

En cherchant sur le net si je ne trouvais pas des associations de consommateurs se battant contre ça, j'ai trouvé hier un article de La voix du Nord qui m'a fait reprendre espoir en une sérénité retrouvée : la liste rouge de FT est désormais gratuite. Je ne sais pas si ça fait longtemps, mais je viens de le découvrir. Si vous faites faire une dénumérotation suivie d'une inscription en liste rouge, c'est gratuit aussi.

Je dois dire que je suis tentée. Pourtant, je ne suis pas du genre à mettre des alarmes et des verrous partout, mais là je crois qu'on va verrouiller notre ligne pour un peu plus de calme et de tranquillité. Il faut juste que je retrouve mon carnet d'adresses pour... appeler tout le monde. ;-)

Repost 0
8 mars 2006 3 08 /03 /mars /2006 22:08

Voilà, j'aurais pu vous parler de la place des princesses dans les contes pour enfant, de celle des mères dans la littérature jeunesse, ou encore de celle des femmes dans la bande dessinée, mais cela m'aurait demandé un minimum d'investigations ce qui n'est guère possible le "jour des enfants". Alors je me suis contentée de fureter sur le net pour vous.

 

J'y ai trouvé plein d'articles sur le sujet et particulièrement sur la maternité, le droit des femmes, le retour des femmes au foyer, en France mais aussi en Suisse.

J'ai survolé également des sites féministes engagés tels ceux de la journée de la femme, Ni Pute Ni Soumise, Femmes Solidaires, mais aussi des sites de regroupement de femmes tels que Femmes et sciencesFemmes 3000 ou Femmes ingénieurs. Et au milieu de tout cela, un seul site à volonté paritaire : le portail Féminin Masculin.

A propos de femme et de sciences, saviez-vous qu'il y eut quelques femmes dans l'histoire des mathématiques ?

On notera encore aujourd'hui la sortie de Sisters in law un film d'Art et d'essai sur les violences faites aux femmes en Afrique, ainsi que le concert spectacle de Queen Etémé. Certaines villes ont organisé des manifestations pour fêter dignement ce jour et notament Marseille qui pour la 11ième année propose son Festi Femmes.

Et puis, j'ai fini par visiter le salon de l'automobile de Genève (sympa la voiture mais la demoiselle la cache) et par lire les liens commerciaux de google (sans commentaire). Y a pas à dire, c'est pas gagné. Alors histoire de se détendre un peu, voici une salve d'humour outrageusement féministe.

Repost 0
2 mars 2006 4 02 /03 /mars /2006 17:24

Mon très cher beauf, qui habite le lointain pays du soleil levant, vient de poster cette note.

"Bon, la pub qui dit 'plus besoin d'aller chercher ses cles au fond du sac' est a cote de la plaque; il faut toujours avoir sa main libre pour ouvrir la portiere, alors? peu de benefices."

On voit bien qu'il n'est pas une fille ! Sinon il saurait où est le gain sans aucun doute ! Je me suis fait fouiller une fois à l'aéroport avec pour motif que mon sac était trop bien rangé et que c'était louche. Comme quoi, c'est notoire, les femmes ont des sacs bordéliques. Faut avouer que, quand j'ai un sac, je passe minimum 1min, plus souvent 3 ou 4, à chercher ce que je veux dedans, quand je ne suis pas obligée de le vider (mon sac) là où je peux, à savoir le plus souvent sur le sol. J'ai bien essayé de tout centraliser dans un portefeuille-mastoc-qui-contient-tout, mais il reste encore à distinguer, à l'aveugle, les breloques de mon portable façon Japan, les jouets des filles qui se retrouvent là mais alors complètement par hasard, les clés tant désirées, le tout au milieu des carnets, papiers, facturettes et autres mouchoirs plus ou moins sales.

Tout ça pour dire que la biométrie est en plein essor et gagne les places fortes de la grande consommation. Vous pouvez d'ores et déjà (et ce depuis un an) verrouiller votre pc et ses accessoires grâce aux empreintes digitales. A quand la porte d'entrée, le téléphone, l'appareil photo, le paiement, l'accès aux lieux publics...

La cité des sciences à Paris organise jusqu'en nov 2006 une exposition complète sur le sujet et vous trouverez sur le site un "conte biométrique" très explicite sur les utilisations possibles de ces techniques. Mais quelles sont-elles au juste ?

 

 

 "les techniques développées aujourd'hui [...] se répartissent en 3 familles : anatomique (empreinte, oeil, visage...), dynamique (signature, voix, démarche...) et biologique (groupe sanguin, ADN...)."

  •  

    C'est un pas immense que cette vulgarisation de la biométrie parce qu'elle était jusqu'à présent réservée au contrôle d'accès des coffres-forts ou des bâtiments ou aux contrôles d'identités par les forces de police. Celles-ci disposeront d'ailleurs bientôt (si ce n'est déjà fait) de boitiers d'identification mobiles pour les contrôles d'identités et l'utilisation de l'empreinte palmaire vient récemment d'être autorisée dans les prisons. Celle en milieu scolaire (deux lycées en sont dotés pour l'accès à la cantine) est toutefois sujet à de vives polémiques.

    Reste que le procédé n'est pas parfait. On se souvient de la pub d'un pseudo Capitaine Kirk enrhumé ne parvenant pas à ouvrir le sas de son vaisseau spatial à reconnaissance vocale ("Mais, c'est moi !") ce qui est repris d'ailleurs dans le conte biométrique. Plus sérieusement, il y a 10 ans Mercedes avait lancé un véhicule doté de ce type de système. Ils ont arrété la production quand les voleurs se sont mis à couper les doigts des propriétaires. Sans aller jusque là, des voleurs plus "techos" et moins "brute épaisse" pourraient facilement reproduire les empreintes dont seront couverts vos appareils et tout aussi facilement les réinjecter dans le système comme l'ont démontrés des chercheurs plusieurs fois déjà.

    En tout état de cause, la CNIL reste vigilante sur les dérives possibles comme le montre la pléthore d'articles sur le sujet fournie par la recherche Google pendant que l'imprimerie nationale se fait tirer les oreilles pour n'avoir pas fourni assez rapidement un prototype satisfaisant (les américains) de passeport biométrique (demandé par les américains). On croit rêver.

     

  • Repost 0
    27 janvier 2006 5 27 /01 /janvier /2006 20:45

    Tomate rose de BerneConnaissez-vous les AMAP ? Non ? Vous ne voyez pas ? Et si je vous dis : Association pour le Maintien d'une Agriculture Paysanne ? toujours pas ?

    Vous avez peut-être entendu parlé ou même vu au JT (de 13h évidemment) un reportage sur ces fermes qui fonctionnent en mode d'association. Bon, si vous avez vu le même reportage que moi (des familles bleu-marine/vert-bouteille jouant de la houe et du rateau dans la campagne francilienne boueuse de préférence), vous en avez peut-être déduit, comme moi, que ces fermes n'existaient que depuis peu, exclusivement sur la RP et qu'elles étaient réservées à des gens très motivés mais un peu bizarres.

    J'étais assez loin de la vérité.

    Je viens de découvrir (et là je dois remercier la Shlur sans laquelle je n'aurais pas investigué), que ces fermes, les teikei, ont été créées il y a 30 ans au Japon par des femmes soucieuses de ce qu'on faisait manger à leurs enfants, qu'elles existent dans de nombreux pays dans le monde (et pas seulement à Paris :-), mais aussi qu'elles sont apparues en France en 2001 dans le sud (à Ollioules dans le var pour être précise) et enfin qu'il n'est pas obligatoirement nécessaire de mettre les mains dans la terre (quoique cela puisse être assez jubilatoire j'en conviens).

    Le principe est simple : des adhérents, les familles, cotisent par tranche de 6 mois auprès d'une AMAP comprenant un ou plusieurs "fermiers de famille" (pour reprendre l'expression du portail des AMAP). Ceux-ci leur fournissent en échange un "panier" par semaine calculé pour 2 adultes et 2 enfants comprenant des produits de saison (jusqu'à 15 différents pour les paniers maraîchers, 12 minimum sur le site de Alliance Provence). Les produits maraîchers sont les produits les plus représentés, mais il existe AMAP de produits de l'élevage et de produits de l'apiculture. Le tout pour des sommes variant d'une saison à l'autre, d'une AMAP à l'autre mais restant 20% en dessous des prix du marché Bio si on en croit les revues de presse.

    Pour ceux qui voudraient en savoir plus, vous pourrez lire le compte-rendu du 1er colloque internationnal sur les AMAP.

    Le seul problème pour une reine de la cuisine telle que moi est de savoir QUOI faire de tous ces légumes !??

    Au fait le saviez-vous ? teikei ca veut dire "la nourriture avec le visage du fermier dessus". Un terme poétique pour la notion de label vous ne trouvez pas ?

    Repost 0